Une semaine spéciale au lycée Léonard de Vinci

Publié le

Le lycée professionnel Léonard de Vinci à Bagneux, organise la sixième édition de La semaine spéciale du 14 au 17 décembre 2015. Durant cette semaine les cours sont banalisés. Les matières et les classes sont décloisonnées pour laisser place à des activités diverses.

Aujourd’hui, aucun cours habituel n’est au programme, ni demain ni après-demain d’ailleurs. Une fois par an le lycée devient le théâtre de scènes inhabituelles : des élèves dessinent la carte du monde le long du mur dans le hall, des garçons fabriquent des bancs avec des palettes de bois dans une salle de classe transformée en atelier bricolage. Deux étages plus haut, un petit groupe calme regarde un film documentaire sur la laïcité, dans lequel une mère explique à son fils sa décision de ne pas porter le voile.

Dans ce lycée la dernière semaine avant les vacances de Noël est un évènement attendu par les élèves comme par le corps enseignant. « La semaine avant les vacances est la semaine de tous les dangers. Les élèves sont à bout, les professeurs luttent pour avoir toute leur attention. C’est la période où les élèves en situation de décrochage scolaire capitulent et se posent des questions sur leur avenir dans l’établissement » nous explique madame Dugenet, la proviseure à l’origine du projet il y a 6 ans. Cette semaine a pour but de lutter contre l’absentéisme et renforcer le lien lycée-élèves-professeurs.

Des objectifs atteints et des élèves satisfaits

C’est en observant le déroulement des cours et le taux d’absentéisme durant cette période, que la proviseure a eu l’idée de remplacer les cinés-goûters inutiles par des activités ludiques et pédagogiques. Des animations « à la fin desquelles les élèves en sortiront instruits et contents de ce qu’ils auront appris ». C’est un succès puisque le taux d’absence des élèves durant la semaine qui précède Noël est passé de 30% en 2010-2011 à 10% en 2015. Un chiffre dont peuvent se réjouir tous les acteurs de l’établissement (la direction, les professeurs, les surveillants et les élèves), c’est le fruit de leur implication et de leur motivation. Ce succès s’explique également par la proximité entre les élèves et les professeurs durant cette période. Les terminales étant en stage, l’effectif des élèves est réduit, les professeurs sont disponibles et ont plus de temps à consacrer aux secondes et aux premières. « Ce genre d’activité nous permet de partager des moments avec nos professeurs, de les découvrir sous un autre angle et de rencontrer ceux que nous n’avons pas en cours » se réjouit Marie, 16 ans, sous les regards approbateurs de la CPE et du professeur de PSE (Prévention Santé Environnement). Le décloisonnement des classes permet surtout aux élèves de tisser de nouvelles amitiés en se mélangeant, afin de se sentir bien intégrés dans leur lycée.

Un vaste choix d’activités ludiques et instructives
Atelier Construction de banc en palette

Au cours de La semaine spéciale deux professeurs issus de matières différentes combinent leurs disciplines pour proposer des ateliers. Tous les élèves composent leur planning parmi un large choix d’activités scientifiques ( station météo, illusion d’optique, énergies renouvelables), sportives (basket-ball, badminton, futsal), professionnelles ( aide à l’embauche, initiation au secourisme, visite d’une chaufferie), artistiques (construction d’un banc avec des palettes de bois, réalisation d’un court-métrage, tour du monde en 80 images) ou encore des activités d’enseignement général (documentaire d’histoire, programmer avec Algo-Bot, remise en état de systèmes). Des projets qui permettent aux élèves d’apprendre et de comprendre autrement, de valider leurs acquis tout en s’amusant.



Une approche pédagogique différente qui captive les élèves comme les professeurs

Au cours de La semaine spéciale deux professeurs issus de matières différentes combinent leurs disciplines pour proposer des ateliers. L’atelier d’illusion d’optique, encadré par un professeur de français/géographie et un professeur de mathématiques illustre bien l’esprit de la semaine spéciale.

Par le biais du travail par anamorphose sur ordinateur, les élèves analysent une œuvre d’un œil différent : ils partent d’un principe mathématique et en arrivent à un résultat artistique. « On découvre l’aspect attrayant des mathématiques, ce qui n’est pas forcément évident lors d’un cours pur et dur » s’amuse Joshua, élève en première, fier de l’illusion qu’il vient de créer sur logiciel Anamorph. Et, il n’y a pas que les élèves qui s’amusent ! Dans l’atelier station météo, les enseignants d’informatique et de mathématique semblent enchantés de récolter les données météorologiques avec leurs apprentis. « Ces activités sont des moyens d’approcher l’élève, et lui montrer l’intérêt des cours, avec des modes et des outils de travail auxquels il n’aurait pas pensé. » Analysées et déchiffrées, ces données seront publiées sur le site du lycée et pourront être utilisées au cours de l’année.


Intégration et sentiment d’appartenance

L’intégration et le sentiment d’appartenance, sont les clés pour éviter le décrochage scolaire. C’est lors d’activités telles que le tour du monde en 80 images qu’on constate que La semaine spéciale a pour but de renforcer les liens entre l’école et l’élève. Par groupes de quinze les lycéens se relayent toutes les trois heures du lundi au jeudi pour réaliser un planisphère à même le mur. Du décalquage à la mise en peinture, les élèves sont responsables et seuls acteurs. En peignant sur les murs du lycée, ces élèves s’approprient les lieux et y laissent leur trace. Ils décorent leur établissement et en font un lieu convivial dans lequel ils s’y sentiront à leur aise. Une transposition symbolique de la maxime « un esprit sain dans un corps sain » en « une éducation saine dans un établissement sain ».

La semaine spéciale est un moyen de clore le premier trimestre dans une ambiance détendue et chaleureuse. A leur retour en janvier, les élèves voient leur établissement différemment : ils connaissent la plupart des professeurs, ont rencontré des nouveaux camarades et retrouvent les œuvres qu’ils ont créées pour décorer le lycée. Enrichis sur le plan éducatif et social, les élèves sont reposés et enthousiastes à l’idée de reprendre les cours.

Sadia Mandjo

Retrouvez la vidéo de cet événement ici : vidéo